[Avis lecture] Les Contes de la vouivre de Hilda Alonso

Bonjour tout le monde ! 😀

Voici ma deuxiĂšme lecture faite dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge : Les Contes de la vouivre de Hilda Alonso.

Si vous participez au PAC et que ce livre vous intĂ©resse, il rentre dans le cadre de la sous-catĂ©gorie Mon voisin le kodama (ForĂȘt, LĂ©gendes).

vouivrecouv

4e de couverture

De tout temps, dans toute les contrĂ©es, les marais et marĂ©cages ont inspirĂ© aux hommes les plus effroyables lĂ©gendes. Laissez-vous guider par la Vouivre : elle n’attend qu’une oreille attentive pour confier tous ses secrets


Les contes de la Vouivre est un recueil graphique, regroupant une dizaine d’histoires courtes inspirĂ©es par divers folklores (Marais poitevin, lĂ©gendes nordiques, celtiques).

Retrouvez ce livre sur le site de l’autrice : Les Contes de la vouivre de Hilda Alonso

Mon avis

Et oui ! Encore un Hilda Alonso ! Si vous ne l’avez toujours pas compris, c’est une autrice qu’il FAUT lire ! 😉

Et, encore une fois, je n’ai pas Ă©tĂ© déçue ! Ce recueil de lĂ©gendes racontĂ©es par une vouivre (une femme-serpent comme MĂ©lusine, ma fĂ©e prĂ©fĂ©rĂ©e !) Ă  une petite fille m’a profondĂ©ment touchĂ©e. Autant par les histoires douces-amĂšres que par la plume-mĂȘme de l’autrice. On est dans un genre trĂšs diffĂ©rent de celui d’Exsangues et Hilda a parfaitement rĂ©ussi Ă  adapter son Ă©criture.

Si pour son recueil vampirique, elle s’Ă©tait armĂ©e de sa plume d’Ă©crivaine, tantĂŽt acĂ©rĂ©e, tantĂŽt tendre, tantĂŽt drĂŽle, ici, elle s’est munie de son mĂ©tier Ă  tisser de conteuse. GrĂące Ă  ce mĂ©tier Ă  tisser les brumes subtiles qui errent entre rĂȘve et rĂ©alitĂ©, elle nous fait effleurer du bout des doigts le voile infime qui sĂ©pare le monde des humains de celui des fĂ©es.
Je me suis laissĂ©e bercer par les histoires de la Vouivre au point d’avoir eu l’impression d’avoir Ă©tĂ© dans ce marais, auprĂšs d’elle, de m’ĂȘtre lovĂ©e dans un doux cocon hors du temps.
Ce livre a Ă©tĂ© une vĂ©ritable bouffĂ©e d’oxygĂšne qui a touchĂ© la corde sensible de l’enfant que je reste, mais aussi celle de l’Ă©crivaine rouillĂ©e qui n’a plus rien Ă©crit de romanesque depuis presque un an.

En bref, voilĂ  un merveilleux recueil de contes et lĂ©gendes fĂ©Ă©riques qui fait rĂȘver.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s