Petit tour de magie idalienne

Bonjour à vous, chères lectrices et chers lecteurs !

Un an après, presque jour pour jour, nous nous retrouvons pour partir à nouveau fouler ces terres qui me sont si chères.

Je ne vous cache pas que je suis très émue à l’idée de me retrouver une deuxième fois ici, avec vous, pour fêter la sortie de mon deuxième roman : L’Exode !

Merci aussi à celles et ceux qui parcourront Tell’Andra à nouveau en ma compagnie (en plus de celle de Neph et de Shéa 😉 ).

Quant à celles et ceux qui nous accompagneront pour la première fois, je vous souhaite la bienvenue sur le blog et dans mon univers.

Tell’Andra est né en mars 2014 suite à la rencontre de deux rêves : le premier qui m’a toujours poussée à écrire afin de pouvoir, un jour peut-être, vivre de l’écriture et du second qui racontait ce qui se déroule dans les chapitres 12, 13 et 14 de L’Exode.

Mais le voyage d’aujourd’hui ne nous mènera pas à travers tout Tell’Andra comme l’année passée, mais uniquement en Idalie où nous rencontrerons divers pratiquants de la magie afin d’en apprendre plus sur leurs arts respectifs.

Je tiens à vous rassurer, il n’y aura aucun spoiler aujourd’hui. À l’instar de l’année passée, je ne parlerai que de l’univers et pas de l’histoire racontée dans mes romans. D’ailleurs, certains détails ne vous seront dévoilés que dans les livres et pas ici 😉

Chers voyageurs, chères voyageuses, en route !

Au programme de notre découverte de la magie idalienne (je ne vous dévoile pas qui nous rencontrerons à chaque étape pour vous laisser le plaisir de la découverte et peut-être aussi celui de la devinette) :

8h : Accueil ; présentation du programme ; ouverture du concours

10h : Première visite : la Cité des Mages et les Arcanistes

12h : Deuxième visite : L’Auberge de la Harpe dorée au nord de Lyanthara et les Bardes

14h : Troisième visite : Kresh Geneg et les Maîtres des Ombres

16h : Quatrième visite : Bruoc, la ville des artisans, et les Enchanteurs

18h : Cinquième visite : Le Temple du Temps et les Âmes-Esprits

20h : Dernière visite : Almirante et les Djinnias.

21h : Retour chez nous.

Le 11/11 à 12h : Annonces des gagnant-e-s


Consignes de sécurité

Si, au cours du voyage, vous sentez l’envie irrépressible de vouloir prolonger votre périple à Tell’Andra, vous avez plusieurs solutions :

Version papier disponible sur :

bod-ok  cultura-50  les-libraires50  fnac-ok  logo-decitre  logo-chapitre  logo-gibert

amazon-fr amazon-ca

Version papier adaptée aux dyslexiques disponible sur :

bod-ok  cultura-50  les-libraires50  fnac-ok  logo-decitre  logo-chapitre  logo-gibert

amazon-fr

eBook disponible sur :

Kindle :

kindle-ok  amazon-ca

ePub :

prom-auteur-50

Vous aimeriez partager ce voyage avec vos amis ? N’hésitez pas à les inviter en parlant cette visite guidée sur les réseaux sociaux, le nombre de places à bord est illimité. Les boutons de partage se trouvent tout en bas de l’article (avec les masques à oxygène et les gilets de sauvetage).


Déroulement du concours

Le concours est ouvert à l’International.

Il commence à 8h et se termine à 11h demain.

Les gagnants seront tirés au sort parmi les commentaires de cet article et seront annoncés à 12h demain.

contreparties-exode

5 lots sont à gagner :

  • 1er lot : un exemplaire papier dédicacé de L’Exode (version au choix), un marque-page bijou, un ex-libris, un marque-page papier dédicacé.
  • 2e lot : un exemplaire ebook de L’Exode (format au choix), un marque-page bijou, un ex-libris, un marque-page papier dédicacé.
  • 3e lot : un marque-page bijou, un ex-libris, un marque-page papier dédicacé.
  • 4e lot : un ex-libris, un marque-page papier dédicacé.
  • 5e lot : un marque-page papier dédicacé.

Une personne ne peut remporter qu’un seul lot.


La Magie à Tell’Andra

Selon les légendes, une fois que Tell’Andra fut créée, que la Trame fut tissée et que le Flux fut insufflé, naquirent les premières créatures capables de manipuler l’énergie qui coule en toute chose.

Ainsi, les Dragons-Libellules sortirent d’œufs semblables à des coquilles d’huîtres, les Loups du Destin émergèrent de la neige, les Corbeaux bleus naquirent du vent et les Griffons surgirent du sable. Ces quatre créatures furent les premières à pouvoir utiliser le Flux à leur guise.

Ensuite, vinrent les Dragons, puissants et sanguinaires, qui seraient nés, dit-on, d’éclats de diamant, de rubis, de saphir et d’émeraude.

Puis apparurent les Nains et les Elfes, les premiers extraits dans la roche et les seconds sculptés dans du bois. Certains racontent qu’une troisième race vit également le jour, celle des Gnomes qui seraient nés de l’argile. Mais s’ils ont réellement existé, il ne reste plus aucune trace d’eux aujourd’hui.

Et enfin, naquirent les humains. Seule race à ne possédant aucun lien avec la Trame. Les seuls à ne posséder aucun pouvoir sur le Flux.

map-idalie-ebook

Carte dessinée par Mirowshka


La Cité des Mages et les Arcanistes

Sur une île aux falaises grises et abruptes, se dresse la Cité des Mages. Imperturbable et fière, cette ville à l’écart de tout ressemble davantage à une forteresse imprenable émergeant des flots de la Mer orientale qu’à une école.
C’est sur cette île imposante, située à l’est des côtes idaliennes que nous accosterons pour la première étape de notre voyage. Ne vous fiez pas à son apparence austère. En vérité, la Cité des Mages est bien plus accueillante qu’il n’y paraît.

De nombreux parcs et points de verdures parsèment la ville. Ils accueillent souvent des groupes d’étudiants ou des maîtres avec leurs disciples qui souhaitent travailler en plein air. Les rues aérées et lumineuses foisonnent de badauds, toutes et tous des arcanistes, évidemment. Sauf nous. Seuls les arcanistes sont autorisés à pénétrer sur l’île, et ce, pour des raisons de sécurité. Les pouvoirs des plus jeunes de ces maîtres du Flux se manifestent parfois de manière… violente et incontrôlée. Ce qui peut mettre en danger les personnes qui ne sont pas capables de se protéger contre ce genre de sorts. Mais rassurez-vous, nous serons bientôt rejoint par Mathias, un arcaniste qui étudie tous les types de maîtrise du Flux qui existent en Idalie.
Si vous apercevez un homme d’une trentaine d’année, roux, grand et mince, avec un air perdu et des rouleaux sous le bras, c’est sûrement lui.

Oh ! Quand on parle du loup !

Bonjour tout le monde. Je m’appelle Mathias et je suis ravi de pouvoir vous exposer le fruit de mes recherches de ces dernières années ! Vous verrez, la catégorisation des liens avec la Trame et l’évolution de la connexion avec le Flux des différents pratiquants au cours des derniers siècles de notre histoire à partir de la naissance du premier Âme-Esprit jusqu’à nos jours est particulièrement excitante !
Mais j’aimerais commencé par un petit tour de la Cité, si vous me le permettez. En effet, si la Cité des Mages s’appelle la Cité des Mages et pas la Cité des Arcanistes, ce n’est pas sans raison. C’est parce qu’elle a été fondée par les Mages Âme-Esprit afin de pouvoir se créer un lieu d’étude et d’expérimentation. Ils ont très vite inviter les arcanistes à partager leur rocher car tous montraient le même intérêt pour l’étude. C’est d’ailleurs durant cette glorieuse époque de coopération que de nombreuses découvertes ont été faites.
Parmi elles, celle de la nature de notre connexion avec la Trame, ce qui fait qu’un arcaniste est un arcaniste et pas un barde.

Notre maîtrise du Flux résulte de notre capacité à puiser dans notre… euh… réserve intérieure de Flux pourrais-je dire. Je vais essayer d’éviter les mots trop précis pour éviter de vous perdre. Cette… réserve, donc…, est une sorte de… poche… qui nous fournit la quantité nécessaire pour lancer un sort.
Toutefois, parfois cette réserve… déborde…, d’une certaine manière, et déverse une quantité aléatoire de Flux. Ces débordements peuvent être dus à des émotions trop fortes, à un manque de concentration (par exemple quand un arcaniste est en état d’ébriété) ou au fait de ne pas avoir pratiqué depuis trop longtemps. C’est ce facteur d’imprévisibilité qui rend les jeunes si dangereux pour les non-arcanistes. Ils peuvent exploser, littéralement, n’importe quand.

D’ailleurs… Excusez-moi…

Mathias se précipite vers une jeune fille qui doit avoir douze ou treize ans et qui n’a pas l’air d’aller bien du tout. Il la fait s’asseoir sur l’un des bancs de pierre et part ramasser un peu de terre dans un parterre juste à côté. Quand il revient, elle présente à Mathias ses mains en coupe pour qu’il y dépose le terreau. Lorsque c’est fait, il glisse deux doigts dans la petite bourse attachée à sa ceinture et en tire quelque chose qu’il glisse dans la terre. Puis il prend place aux côtés de la jeune fille, sur le banc de pierre, et pose ses mains sur ses épaules en lui parlant à l’oreille, comme pour l’encourager. Le visage de la petite s’apaise. Elle respire déjà mieux.
Mathias lui lâche les épaules. Elle ferme les yeux et fronce les sourcils. Alors un miracle se produit. Une sorte de nappe de brouillard miniature se forme au-dessus de la terre jusqu’à dissimuler le sommet du petit monticule. La poitrine de la jeune fille se soulève plus intensément, signe que ses respirations sont plus profondes. Soudain, quelque chose émerge de la brume.

C’est une tige ! Et le bouton d’une fleur !

Le bouton éclot et dévoile de magnifiques pétales d’un blanc étincelant qui dissipent ce qui restait de brume. Un lys ! Cette petite a fait pousser un lys dans ses mains !

Mathias la félicite d’un sourire encourageant. Soit dit en passant, la jeune fille a déjà une bien meilleure mine. Notre guide lui montre l’endroit où il a prélevé la terre et elle s’empresse d’y planter le lys… aux côtés d’autres lys semblables au sien.

Je vous prie de m’excuser pour cet imprévu. Faire pousser des fleurs est le meilleur moyen que nous ayons trouvé à ce jour pour canaliser l’énergie des plus jeunes. Je me dois de la ramener à son maître… qui se trouve à la bibliothèque principale de la Cité. Vous aurez tous le loisir de la visiter en attendant l’heure de notre départ pour la prochaine étape.
Je vous conseille fortement de ne pas manquer la salle dédiée aux enchanteurs. Vous y trouverez divers objets de magnifiques factures aux propriétés étonnantes, comme une sublime réplique du château de Lyanthara qui s’illumine. Une merveille !


L’Auberge de la Harpe dorée au nord de Lyanthara et les Bardes

Pour la prochaine étape de ce voyage, je vous emmène dans une auberge au nord de Lyanthara. L’auberge de la Harpe dorée est connue pour ses repas en musique. Elle est un haut lieu d’échange de la culture musicale idalienne.

Mais attention, dames et sieurs, point de ménestrels en ces lieux ! Seuls les bardes et les bardesses ont l’autorisation de se produire ici.

En attendant qu’on nous serve notre repas, je vous propose d’écouter les explications de Mathias.

Hum… oui… En fait, je pense que je ne suis pas la personne la mieux placée pour vous parler de cette maîtrise du Flux assez particulière. C’est pourquoi, pour l’occasion, j’ai fait appel à l’une de mes amies.

Joignant le geste à la parole, notre guide invite une femme d’une trentaine d’années à nous rejoindre.

Bonjour, je m’appelle Liannor. Je suis une bardesse depuis mon plus jeune âge.
D’après ce que Mathias m’a expliqué, vous êtes en visite dans notre beau pays pour en apprendre plus sur les différentes façons dont nous manipulons le Flux, c’est ça ?
Bien… laissez-moi vous faire découvrir les pouvoirs de la musique ! Car c’est de cela qu’il s’agit ici.
La musique agit directement sur notre âme pour aller faire vibrer la Trame comme on fait vibrer la peau d’un tambours ou les cordes d’une harpe. Cette vibration se transmet par le Flux et c’est ainsi que la musique influe sur tout ce qui l’entoure. Oh bien sûr, les meilleurs ménestrels peuvent vous arracher quelques larmes parfois quand ils jouent bien, mais nous, les bardes et les bardesses, nous sommes capables de produire des miracles. La bonne mélodie vous plonge dans le meilleur des sommeils ou, au contraire, vous revigorer pour de longues heures. Le chant adéquat peut guérir certaines blessures. Les plus doués d’entre nous, mais surtout les plus belliqueux, parviennent même à blesser par la musique.
Pourtant, ce n’est pas ce que nous recherchons en pratiquant notre art. La guerre et les conflits peuvent bien rester aux autres. Non… Nous, ce que nous cherchons vraiment, c’est de faire vibrer nos âmes et la Trame à l’unisson. Et pour y arriver, nous devons jouer.

Chaque barde et chaque bardesse a son instrument de prédilection. Le mien est un djembé, c’est un instrument exotique qui m’a séduite dès que j’en ai entendu les premières notes au marché d’Almirante. Mais pour d’autres, ce peut être des instruments plus habituels comme la vielle à roue, un luth, la lyre ou encore la mandoline. Certains jouent de la flûte ou de la cornemuse, mais en général, nous préférons garder notre souffle pour chanter. D’autres encore choisissent des instruments imposants comme la harpe ou la viole, mais là, encore, ce sont des choix rares car la plupart d’entre nous aime voyager.

Il est temps que je vous laisse. Vos plats arrivent et c’est à mon tour de jouer.

Bon appétit et à bientôt !


Kresh Geneg et les Maîtres des Ombres

Notre prochaine étape est le bourg des Maîtres des Ombres, Kresh Geneg.
Situé tout au nord de l’Idalie, coincé entre la Forêt de Sombres-Larmes et les Montagnes du Crépuscules, le bastion des Maîtres des Ombres n’a rien d’accueillant. La ville est à leur image : inquiétante.

Nous ne nous approcherons pas de la ville, il vaut mieux garder nos distances. Mathias, que savez-vous à propos des Maîtres des Ombres ?

Très peu, à vrai dire. La maîtrise des Ombres est une discipline qui est apparue mystérieusement, pour ne pas dire sortie du néant, lors de la Grande Guerre. Personne ne sait vraiment comment elle est apparue. Il y a bien quelques manuscrits dans les archives du Cloître des Mémoriens, mais rien de bien concret. La plupart ne sont remplis que de théories fumeuses élaborées par d’antiques philosophes à l’époque où l’Idalie adorait encore la Grande Déesse.
Dans mes comptes-rendus de recherches, je n’ai pu faire que des suppositions quant à la nature de leur maîtrise et son origine. Les Maîtres des Ombres sont des sujets d’études particulièrement farouches.

Cependant, comme vous avez fait tout ce voyage jusqu’en Idalie, je vais tout de même vous faire part de mes conclusions. Mais je tiens à rappeler qu’il ne s’agit que de suppositions.

Alors… Voyons mes notes… Ah oui !

Alors, l’Ordre des Ombres a été fondé par Irridrin Corradran qui aurait été, selon toute vraisemblance, la première personne à avoir réussi à maîtriser les Ombres. Elle serait parvenue à créer cette nouvelle discipline ici pour des raisons qui nous échappent. De même, il n’y a qu’ici qu’on trouve des Maîtres des Ombres. Ils et elles naissent, vivent et meurent ici.
Ma théorie à ce propos est que la Maîtrise des Ombres n’est possible qu’ici pour des raisons de conjonctions tramiques singulières qui causent des perturbations fluxiennes part… Euh… En bref, la Trame est différente ici pour des raisons que l’on ignore, mais sûrement à cause de la proximité entre la Forêt de Sombres-Larmes, que tout le monde dit maudite, et les Montagnes de Crépuscules, qui sont sûrement riche d’une sorte de minéral qui ferait la joie des Gemmages nains, puisque ces derniers manipulent le Flux par le biais des cristaux.
La Maîtrise des Ombres est donc une connexion unique avec la Trame qui permet d’en extraire une forme particulière de Flux : les Ombres… qui restent un mystère, elles aussi.

Toutefois, il est intéressant de noter que tous les habitants de Kresh Geneg ne sont pas des Maîtres des Ombres. La plupart ne possède aucun pouvoir, mais sont pourtant capable de le transmettre la maîtrise à leurs enfants. Seuls les membres de l’Ordre des Ombres sont des Maîtres. Selon la rumeur, ils sont logés dans l’imposante tour noire que vous pouvez apercevoir de l’autre côté du village. On appelle cette tour la Tour des Ombres… Original, n’est-ce pas ?…
Personne ne sait vraiment si les membres de l’Ordre s’y enferment pour protéger les autres ou pour se protéger eux-mêmes. Beaucoup de rumeurs courent à leurs propos et l’envoi à la Tour est souvent une menace de punition ultime pour les enfants. Lorsque j’étais petit, mon père menaçait souvent ma tête brûlée de sœur de l’envoyer à la Tour si elle n’était pas sage.

L’apprentissage des Ombres se fait de manière très drastique. Selon les rumeurs la discipline y est pire qu’à La Forteresse. Il y a cinq paliers d’apprentissage :
L’Initiation : où le Disciple prend conscience qu’il a un don.
La Découverte : où le Disciple assimile tout ce qu’il y a à savoir sur la Maîtrise des Ombres.
L’Acquisition : où le Disciple apprend à mettre concrètement en pratique ce qu’on lui a appris.
La Maîtrise : où le Disciple dompte son pouvoir complètement pour avoir un parfait contrôle des techniques apprises. Ce n’est qu’une fois ce palier réussi que le Disciple quitte se titre pour prendre celui de Maître.
La Perfection : où le Maître développe ses propres techniques et travaille jusqu’à la perfection de tout ce qu’il a appris.

Peu de Disciples des Ombres parviennent au palier de la Maîtrise et le palier de la Perfection n’est atteint que par une poignée de Maîtres.

Voilà tout ce que je sais à propos des Maîtres des Ombres… Oh !

Un groupe de trois enfants vient de sortir du village et s’avance dans la clairière où nous sommes regroupés. Ils sont loin et ne semblent pas nous avoir remarqués. Regardez leurs sourires adorables ! Mais que font-ils ?
Oh regardez, c’est un verger juste à côté de la clairière, ils vont sûrement cueillir des pommes.

Le premier attrape un panier presque aussi grand que lui alors que les deux autres se positionnent de part et d’autre de l’un des pommiers. Lorsque le premier les rejoint, il pose son panier et tend ses mains, paumes vers le sol. Alors, des filaments noirs semblent sortir de terre. Ils grandissent, s’épaississent et rampent dans l’herbe jusqu’à se rejoindre. Il en poussent tellement que le sol autour du tronc se recouvre d’un tapis de ténèbres, noyant même les chevilles des enfants pour former un cercle de la même taille que celle de la ramure du pommier. Les deux autres se mettent à rire et ouvrent leurs bras comme s’ils voulaient enlacer l’arbre. Des volutes de nuit commencent alors à s’échapper de leurs doigts pour ceindre le tronc. Les petits commencent alors à taper dans les mains et le pommier tressaille.

« Encore ! Encore ! Plus fort ! » crie le premier.

Les deux autres s’exécutent. Cette fois-ci, l’arbre est pris de violents soubresauts et des pommes sautent des branches pour atterrir sur la nappe noire qui s’étend au sol. Ils recommencent l’opération jusqu’à ce que les Ombres étalées au pied du pommier soit recouverte de pommes, de feuilles et de branches.

« C’est bon ! Y’en a assez ! » lance le préposé au panier.

Dans de grands éclats de rire, les petits dissipent le sort qui enlaçait le tronc et s’empressent de quitter le cercle d’Ombres. Le premier ferme les poings et les ramènent contre sa poitrine. Le tapis d’Ombres se referme alors sur lui-même à la manière d’un filet de pêche sur des poissons. Ensemble, les trois petits soulèvent ce filet d’Ombres, qui ne semble pourtant n’avoir aucune consistance, pour le placer dans le panier. D’un geste de la main, le premier dissipe à son tour son sort comme on chasse une mouche.

« J’arrive pas à prendre que les pommes. On devra encore trier tout ça avec que maman puisse faire une tarte. » entend-on se plaindre le premier.

Puis, ils s’éloignent en traînant le panier trop lourd.


Bruoc, la ville des artisans, et les Enchanteurs

Après cet épisode… étrange ?… des pommes, je vous emmène à Bruoc, la ville des artisans.
Vous aurez un peu de temps libre si vous souhaitez y faire des emplettes pour Noël.

Bruoc est la ville qui regroupe le plus d’artisans et de commerçants du pays. Elle est connue pour certains produits de luxe comme sa faïence et sa verrerie, mais aussi sa bière ! C’est une ville riche, au sens premier du terme. Les pièces fabriquées ici valent souvent une fortune et font le bonheur de leurs fabricants. Vous pouvez d’ailleurs apercevoir quelques maisons assez cossues aux abords de la ville.

Alors, Mathias, pourquoi Bruoc est-elle la ville idéale pour rencontrer des enchanteurs et des enchanteuses ?

Eh bien, c’est très simple. L’enchantement est une maîtrise du Flux qui permet d’implanter un sort dans un objet que l’on fabrique. En général, les sorts sont simples. Il n’est pas possible de créer une sorte de canon lanceur de boules de feu ou de fabriquer un bâton qui commande aux éclairs… non… Ça, c’est plutôt du ressort des arcanistes, sans vouloir me vanter, bien sûr… Hum…

Chaque enchanteur ou enchanteuse ne maîtrise qu’un seul sort et unique sort qu’il peut implanter dans n’importe quel objet. Certains sorts nécessitent d’être activés et désactivés et d’autres ont des effets permanents qui demandent à être recharger après un certain temps. Les sorts à activation doivent aussi être rechargés, mais beaucoup moins souvent que les sorts permanents.

Par exemple, les enchanteurs recrutés par le clan des Chantelame, les enchanteurs qui fabriquent les armes des guerriers de La Forteresse, ne possèdent que des sorts qui doivent être activés et désactivés afin de ne pas contraindre les guerriers à dépendre d’un enchanteur. L’activation se fait en prononçant un mot choisi par l’enchanteur et la désactivation par ce même mot prononcé à l’envers. Ce n’est pas obligatoire, c’est surtout une norme. Les sorts que l’on retrouve le plus souvent sur les armes des Chantelame sont des sorts de feu sur les épées, ce qui permet d’embraser les lames, des sorts de force sur les arcs, pour diminuer la fatigue des archers (parce que bander un arc demande beaucoup de force) et bien d’autres.

Concernant les sorts permanent, je peux vous parler de ma grand-mère. Oh ! Ne vous étonnez pas que ma famille compte une enchanteuse et un arcaniste. C’est très courant en Idalie d’avoir des familles dont plusieurs membres manipulent le Flux d’une manière ou d’une autre.
Ma grand-mère est une enchanteuse très connue dans tous les pays car qui porte ses écharpes enchantées, ne tombe jamais malade durant l’hiver. Elle appelle son pouvoir, son sort de préservation.

Pendant que je menait mes recherches sur les enchanteurs, je l’ai, bien entendu, harcelée de questions. Elle m’a expliqué que pour réussir à implanter un sort dans un objet, il fallait puiser au plus profond de soi-même l’énergie de notre nature profonde pour la faire couler dans l’objet en cours de fabrication. Cette notion de nature profonde m’a longtemps intrigué. Je ne l’ai comprise qu’en rencontrant d’autres enchanteurs.
En fait, c’est la nature profonde d’un enchanteur qui détermine son pouvoir. Et cette nature profonde se répercute directement dans leur caractère. On peut donc connaître le pouvoir d’un enchanteur simplement en observant ses réactions. Ma grand-mère, par exemple, est quelqu’un de très bienveillant et j’ai croisé des enchanteurs de feu très impulsifs.

Voilà, ma grand-mère ! L’entendez-vous fredonner en tricotant son écharpe ? C’est comme ça qu’elle atteint ce qu’elle appelle sa nature profonde. Elle dit que cela remplit son cœur d’émotion et de l’envie de prendre soin des autres.
La plupart des enchanteurs émettent des sons lorsqu’ils sont en train d’implanter leur sort, ils disent que ça les aide à se concentrer et à puiser dans leur pouvoir. C’est comme cela que certains chantonnent, que d’autres grognent, murmurent ou encore hurlent.

Merci Mathias pour ces explications.

Chers voyageurs, chères voyageuses, je vous propose de vous laisser vous promener dans les rues du quartier des enchanteurs pour que vous puissiez découvrir leurs merveilles. Entre les torches qui s’allument seule, les armoires refroidissantes et les bijoux de sérénités, je vous avoue que je ne sais moi-même plus où donner de la tête.


Le Temple du Temps et les Âmes-Esprits

Cette fois-ci, nous allons visiter un endroit très particulier de la capitale idalienne : le Temple du Temps.
Cet endroit, que j’avais d’ailleurs évoqués l’année passée, est un endroit très particulier. Il s’agit d’un très ancien temple à l’origine dédié à la Grande Déesse. Le Temple tient son nom de la Roue du Temps qui marque l’écoulement des jours. Cette roue fait office de calendrier perpétuel.

Mathias, pouvez-vous nous en dire plus à propos de la roue et des Âmes-Esprits ?

Malheureusement, mes connaissances sont assez limitées à ce sujet-là aussi. Les Mages se sont retirés dans les Plaines de Glace et ne sont jamais ressortis de leur forteresse. Néanmoins, un nombre impressionnant de témoignages de l’époque où ils ne vivaient pas reclus a été conservés.
Les Âmes-Esprits sont le résultats de la fusion entre l’âme d’un sujet et un Esprit, au moment de la mort du sujet. Ce phénomène est extrêmement rare et nous n’avons pas encore déterminé les causes qui le déclenchent. Et avec les Esprits reclus avec les Mages dans les Plaines de Glace, nous ne sommes pas près de le découvrir…
Enfin…
Cette fusion permet au sujet de devenir immortel et d’avoir une connexion pleine et entière avec la Trame. Certains témoignages racontent même que les Âmes-Esprits pourraient voir le Flux qui nous entourent. Mais cela reste à prouver, évidemment.
En théorie, les Âmes-Esprit possèdent un pouvoir infini, mais personne ne sait vraiment pour qu’il n’en font pas un usage personnel. Mais j’ai trois hypothèses par rapport à ce sujet.
Hypothèse 1 : leur pouvoir est limité et la théorie est fausse. Mais si c’est le cas, cela n’explique pas leur immortalité qui, elle, est effective, démontrable et démontrée.
Hypothèse 2 : leur pouvoir est illimité, mais doivent choisir entre leur immortalité et leur pouvoir, entre utiliser la Trame pour ne pas vieillir ou l’utiliser pour lancer un sort. Mais, au vu de la nature humaine, il me paraît peu probable que tout le monde accepte de renoncer au pouvoir pour satisfaire un simple désir d’immortalité. Surtout si pour aller vivre dans un endroits où il règne un blizzard perpétuel.
Hypothèse 3 : leur pouvoir est infini, leur immortalité est acquise et c’est autre chose qui les limite. Étant donné qu’ils sont égaux à des dieux, il est fort peu probable qu’il s’agisse d’une puissance supérieure. Il se pourrait donc qu’il s’agisse d’une sorte de clause morale qui les empêchent de nuire. Toutefois, cette théorie tombe à l’eau puisqu’il y a eu les Funestes qui sont une sorte d’Immortels maligne et perverse.
En toute honnêteté, je penche pour ma deuxième hypothèse par élimination.

Un autre mystère que nous n’avons pas encore résolu est pourquoi les Immortels ne sont que des Humains ? Étant donné qu’un Âme-Esprit résulte de la fusion d’une âme et d’un esprit, cette opération devrait pouvoir être possible pour toutes les créatures disposant d’une âme. Donc, à moins que seuls les Humains en possèdent une et pas les elfes, ni les nains, ni les dragons… mais ce serait insensé, car après tout…
Oh !
Excusez-moi, je m’égare !

Donc… hum !… Revenons-en à nos Immortels. Tout ça pour dire qu’on ne sait pas grand chose sur le fonctionnement de leur maîtrise du Flux.

Quant à la Roue du Temps, si nous nous sommes retrouvés ici pour parler des Âmes-Esprits, ce n’est pas anodin. Cette roue de bois, dont le diamètre fait à peu près ma taille, a été offerte il y a plusieurs siècle par les Âmes-Esprits. Si vous vous approchez, vous verrez qu’elle est marquée de 360 traits. Un tous les degrés, soit un par jour de l’année. Les quatre rayons de la Roue marque les saisons, un quadrant par saison : un pour la Belle Saison, un pour la Saison Chaude, un pour la Saison des Brumes et le dernier pour la Saison Froide. Les huit traits dorés marquent les huit grandes fêtes de l’année.
La Roue du Temps tourne seule, les Mages l’ont directement liée à la Trame.

Je vous propose de vous reposer un peu dans le Temple avant de reprendre la route votre notre dernière étape : le port d’Almirante où, après notre visite, nous embarquerons pour reprendre le chemin du retour.


Almirante et les Djinnias

Almirante et son marché aux mille effluves exotiques !
Si nous nous rendons dans cette ville portuaire, c’est pour y rencontrer un djinnia. Ces maîtres du Flux sont particuliers car ils ne viennent que des Terres Exotiques et du désert du Ram’Kar. Venant de l’autre côté de la Mer Orientale, les Exotiques accostent toujours à Almirante pour vendre des marchandises qu’on ne trouve que chez eux telles des bananes et d’autres fruits, du thé, des savons aux agrumes, des armes en acier damassé, des tissus et des épices aux parfums envoûtants.

Mathias, je vous laisse la parole pour ce dernier exposé.

Déjà le dernier ?! Comme le temps passe vite !
Les djinnias sont effectivement endémiques des Terres Exotiques. Ils sont, en réalité, des êtres humains qui se sont attirés les grâces d’un djinn, une sorte d’Esprit élémentaire. Ces djinns se lient à eux jusqu’à la fin de leurs jours et leurs accordent leurs pouvoirs. Il existe trois types de djinns que nous nommons sommairement des d’eau, de vent et de feu. Il n’existe pas, à notre connaissance, de Djinn de terre. Chaque type possède des caractéristiques particulières qu’ils transmettent à leur humain. Par exemple, les djinnias de feu arborent une peau cuivrée et la peau très chaude, ceux d’eau ont souvent les yeux bleus et la peau froide et ceux de vent sont des albinos aux yeux dorés.
Ces maîtres du Flux manipulent leur élément grâce à leur Djinn. C’est par leur biais qu’ils influent sur la Trame et leur environnement.
On compte très peu de djinnia, c’est pour cette raison qu’ils sont considérés comme des demi-dieux dans leur pays. En outre, ils ont une durée de vie beaucoup plus longue que celles des autres humains, sans pour autant atteindre nos records de longévité à nous, les arcanistes.

Il est important de noter qu’un djinnia est indissociable de son Djinn. De même, lorsqu’un djinnia meurt, son Djinn se dissipe dans la Trame. Selon les croyances exotiques, lorsque l’âme du djinnia sera reformée et prête à réintégrer un nouveau corps, son Djinn renaîtra avec lui.

Mais profitons de la présence l’un de leurs représentants pour que vous puissiez le voir à l’œuvre. Regardez là-bas, au bout du quai. Il s’agit de Nkechi. Elle est le capitaine de ce navire, le Divani Moya. À la couleur bleu azur du Djinn qui flotte à ses côtés, je crois que vous pouvez aisément deviner qu’il s’agit d’une djinnia d’eau. Rapprochons nous pour que vous puissiez admirer l’intensité de son regard bleu, qui dénoterait presque sur sa peau noire, et les reflets de la même couleurs qui parcourent ses nattes épaisses.

Alors que nous approchons, l’un des marins occupé à charger le navire trébuche fait tomber la caisse qu’il portait dans l’eau. La Capitaine Nkechi crache ce qui ressemble fortement à des jurons. Tout en défaisant le baudrier qui porte son sabre, elle invective son équipage — Elle n’a pas l’air très commode comme capitaine… — Arrivée au bord du quai, elle laisse tomber son baudrier sur les dalles et plonge dans la mer.
Quelques secondes plus tard, la djinnia réapparaît, portée par une gerbe d’eau impressionnante. La caisse que son matelot a laissé tombée est à ses pieds. La colonne d’eau qui les soulève s’incurve tout à coup pour la ramener vers le quai. Dans un mouvement presque élégant, la capitaine et la caisse se font déposer sur les dalles. Aussitôt le matelot maladroit se précipite sur le chargement qu’il a laissé échappé pendant que la djinnia noue son baudrier.

Le plus étonnant dans cette histoire est que la Capitaine Nkechi n’est pas du tout trempée !


Retour chez nous

Voilà chers voyageurs et chères voyageuses, notre périple tellandrien touche déjà à sa fin. J’espère qu’il vous a plu et qu’il vous aura donné envie de vous aventurer dans ses contrées aux côtés des héros qui ont fait son histoire.

Merci à Mathias de nous avoir fait partager son savoir.

Mais, surtout, merci à vous de m’avoir accompagnée durant toutes cette journée. Je n’avais plus écrit dans mon univers depuis un certain temps et ça m’a fait énormément de bien de me reconnecter à Tell’Andra. C’était un parfait échauffement avant la reprise de l’écriture pour la rédaction du tome 3 !

Concernant le concours, un changement de programme de dernière minute m’empêchera de faire le tirage au sort ce soir. Le concours fermera donc à 11h demain matin et les gagnants et gagnantes seront annoncés demain à 12h !


 

Annonce des gagnant-e-s

Je contacterai les gagnants par email pour leur demander leur adresse postale.

Le tirage au sort a été effectué avec le site www.dcode.fr.

5e lot : Zalyus

4e lot : Alexandre

3e lot : Guillaulter

2e lot : Virginie Moulin

1er lot : Julien Hirt

🎉 Félicitations à vous ! 🎉

Publicités

28 réflexions sur “Petit tour de magie idalienne

  1. Bien que je ne sois qu’un vagabond me promenant au hasard des pages qui se déroulent devant Moi, je vais poser mon baluchon et tenter de suivre ce voyage.
    Bien qu’au fond ce voyage est un voyage dans un univers que je suis déjà depuis plus d’un an. Sans lassitude, sans fatigue et sans ennui. Bien au contraire, voyageur voyageuse, vous qui passez par là, par choix, par hasard (bien que le hasard n’existe pas, il y a une raison à tout), je vous souhaite de vivre un bon moment avec cette découverte.

    Aworn, un scribe qui suis de tout coeur le guide du jour.

    Aimé par 2 personnes

  2. Et hop,je me glisse dans le voyage après avoir travailler ce matin…..quel plaisir de pouvoir retourner dans cet univers si riche et de participer à ce voyage comme l’an passé….j’ai hâte de découvrir les prochaines étapes😍😘😘

    J'aime

  3. Bonjour,
    Super, une autre visite.
    Bravo à notre guide et son accompagnateur Mathias pour leurs explications. Ce fus un tour très enrichissant à la découverte de la magie de Tell’Andra, et de la culture qui en découle. Il a attisé ma curiosité sur cette terre.
    Je pense aussi retournerai à Bruoc pour une écharpe enchantée, vus la saison Froide qui arrive 😉
    Bonne continuation dans cette aventure, et merci pour cette balade. 😊

    J'aime

  4. Après avoir dévoré ce tome 2 aujourd’hui (merci pour la rapidité de la poste) , je suis heureux de trouver d’autres détails sur ce magnifique univers que tu as créé.
    Bonne continuation à toi.

    J'aime

  5. Coucou Zaha !
    Je suis désolée de ne pas avoir pu embarquer hier pour une nouvelle visite dans ton univers (j’avais TELLEMENT adoré l’an passé !) Comme je suis à la bourre cette année, j’ai lu tout ça en diagonale mais cet aprem je vais me poser tranquillement et lire tout ce que tu nous avais préparé. Je suis toujours autant soufflée par ton souci du détail et tout le travail que tu fais. Bravo pour la sortie de ton T2 (que je vais bientôt pouvoir me commander ouiiiiii).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s