Le droit de donner son avis

Salutations ! 😁

Aujourd’hui, je voudrais parler d’un sujet qui turlupine peut-être certain-e-s d’entre vous : les avis de lecture. Plus précisément, le droit de donner son avis et de dire sincèrement ce que l’on pense d’un livre.

Mais plus encore, j’ai envie d’aborder ce sujet de mon point de vue d’autrice-blogueuse.

Il y a deux ans, un article d’une autrice-éditrice avait enflammé la blogosphère littéraire. Cet article s’intitulait : Pourquoi il ne faut pas chroniquer un livre qu’on n’a pas aimé ou pas compris.
J’utilise le passé pour parler de cet article car l’autrice a décidé de le supprimer suite à la déferlante d’indignation qu’il a provoqué. Indignation que j’ai, d’ailleurs, partagée à ce moment-là.

Dans cet article, elle « conseillait » aux blogueurs et blogueuses littéraires de ne pas chroniquer un livre qu’ils/elles n’avaient pas aimé ou pas compris. Car cela pouvait nuire à la réputation du livre/de l’écrivain-e/de l’éditeur, cela faisait perdre son temps au blogueur/à la blogueuse/au lecteur/à la lectrice.
Mais surtout, que cela pouvait blesser l’auteur/l’autrice.

Cet article m’avait choquée, parce qu’il était question de créer une sorte de manichéisme blogueurs vs écrivains où les blogueurs seraient des êtres sans cœur qui n’auraient aucune pitié pour ces petits êtres fragiles que sont les écrivains.

Et puis, la semaine dernière, j’ai reçu un mail (adorable) d’une lectrice qui me demandait si je l’autorisais à donner son avis sur mon livre et que son avis impliquait de relever des points positifs comme négatifs de mon premier roman, La Fuite.
Même si je trouve la démarche très gentille, cela m’a dérangée qu’elle me demande ma permission. En somme, par ce mail, elle me donnait un droit de censure. Et ça, ça m’a mise très mal à l’aise.

J’estime que les auteurs et les autrices, aussi sensibles qu’ils/elles soient, n’ont pas à avoir ce genre de droit sur les lecteurs et les lectrices. De même, je pense qu’iceux et icelles — j’adore ces très vieux mots qu’on n’utilise plus et que je trouve pourtant très jolis — n’ont pas à demander de permission.

Nous vivons dans des pays où la censure est limitée et où nous avons le droit de donner notre avis à propos d’un livre sans passer par un comité de censure.
Donc, pour moi, aussi attentionnée que soit la demande, j’estime que je n’avais pas le droit de lui dire non, et ce, même si son avis risquait de blesser mon orgueil d’écrivaine.

Pour en revenir à cette peur que les (méchant-e-s) blogueurs et blogueuses risquent de blesser les (trop sensibles) écrivain-e-s, je la trouve insensée.
Premièrement, quand on publie, il faut être conscient-e qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et qu’il y aura, de toute manière, des personnes qui n’aimeront pas ce qu’on fait.
Deuxièmement, quand on rend une chronique, notre devoir (à mon sens) est d’être le plus honnête possible, et ce, même si on n’a pas aimé le livre.

Je pense sincèrement que la chronique doit refléter l’avis de la personne qui l’écrit et qu’il n’y a pas à prendre des gants en craignant de blesser l’auteur ou l’autrice. En revanche, tout le monde se passera bien sûr de méchanceté gratuite ou du laconique « J’aime pas ». Je parle bien ici de critique négative argumentée et respectueuse.

Alors c’est vrai que parfois notre petit cœur d’écrivain-e est mis à mal et qu’une critique nous déprime, mais c’est à nous de tirer les leçons de nos erreurs et d’accepter, encore une fois, qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.
Je dis ça, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à faire, hein… Je ne suis pas si insensible que ça 😉
De même, comme « ma » lectrice l’a bien précisé dans son mail, ces avis sont subjectifs et il n’est pas nécessaire de prendre toutes les remarques à cœur. Il arrive que ce qu’on vous reproche puisse parfois être un parti pris totalement conscient de votre part et que vous l’assumiez parfaitement, quitte à vous fermer de tout un public… Ou que la personne n’a vraiment rien compris (oui, ça arrive…)

Cependant, rappelons-nous que les auteurs et les autrices sont aussi en droit de ne pas lire ces critiques. Et ça, c’est très important de le garder à l’esprit.

Voilà tout ça pour vous dire que si vous avez un avis, même négatif, ne vous privez pas de le donner, mais faites-le toujours de manière argumentée et respectueuse.
Et que, de toute manière, personne ne peut nous obliger à lire ces critiques négatives à propos de nos romans ! 😉

Maintenant, c’est à vous de me donner votre avis sur le sujet, que vous lisiez, que vous écriviez ou que vous fassiez les deux !

Publicités

4 réflexions sur “Le droit de donner son avis

  1. Hello ! Enfin le temps de répondre à cet article. 🙂

    Eh bien moi je ne suis pas de ton avis et je m’attache à ne JAMAIS commenter un livre que je n’ai pas aimé. Pas « pour ne pas faire de la peine » mais 1) par respect pour le travail qu’il y a en amont de la parution d’un texte (je trouve qu’un commentaire négatif de quelques lignes écrit en quelques minutes fait bien peu cas des heures passées sur le manuscrit) et 2) parce qu’à plusieurs reprises une histoire que je n’ai pas aimée avait par ailleurs suscité l’adhésion chez d’autres lecteurs… Or, si je lui avais laissé un commentaire négatif, je pense que peut-être ces lecteurs ne se seraient pas laissés tenter…

    Enfin, de nos jours, avec l’immédiateté de la communication sur les réseaux, trop de personnes ont tendance à parler « sans filtre » et à réagir, j’essaie de mon côté de tempérer cela en étant plus mesurée. 🙂

    Si vraiment je n’ai pas aimé un livre et que l’auteur en attend un retour, je vais uniquement parler de ses aspects positifs sans donner mon ressenti.

    Voilà, je laisse le micro à d’autres ! :p

    Aimé par 1 personne

    1. Attention, je n’ai pas dit qu’il y avait obligation de parler d’un livre qu’on n’a pas aimé, j’ai dit qu’on avait le droit. Chacun est libre de disposer de son droit comme il ou elle le souhaite.

      Je ne parle pas non plus des livres que je n’ai pas aimés sauf quand je pense qu’ils sont vraiment scandaleux (aucune relecture de faite, plein de fautes, mise en page inexistante, livre plein de clichés ou de sexisme…)
      En gros, je ne parle pas des livres que je ne n’ai pas aimé, sauf s’ils m’ont révoltée ^^ »

      Après, je le répète, c’est un droit, pas une obligation. En revanche, je pense que si on donne notre avis, il faut être honnête.

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis d’accord si la personne donne son avis de façon argumenté et constructif mais il y a aussi des avis méchants et irrespectueux à ne pas prendre du tout en compte comme j’ai lu de la part de lectrice et lecteurs: « un enfant aurait pu l’écrire » ou « on aurait dit un livre young adult pour ados » ou comment rabaisser un autre genre ou « on dirait un mauvais téléfilm » etc ce genre de personnes qui donnent leur avis ne se rendent pas compte qu’il y a un être humain derrière, que c’est du boulot derrière et que ça peut blesser la personne, rabaisser l’estime de soi d’une personne etc et qu’on peut dire son avis de façon constructif et de façon respectueuse comme « j’aime/je n’aime pas parce que…Pour…ou parce que c’est pas à mon goût » au lieu de dire « c’est de la merde, c’est nul » comme on apprend à des enfants à dire « je n’aime pas » au lieu de dire « c’est de la merde, c’est nul » mais même les adultes n’arrivent pas à faire la différence, à dire « je n’ai pas aimé » au lieu de « c’est de la merde » dont je déteste cette expression car ça fait comme une affirmation et donc si t’aimes ça, t’aimes de la « merde » avec des « plaisirs coupables » mais pas d’accord du tout car chacun ses goûts et on n’a pas à avoir honte de ses goûts, d’aimer tel film ou tel livre etc je déteste l’élitisme! Et les mauvais commentaires non constructifs comme « c’est de la merde » note 1 étoile font beaucoup plus mal à des auteurs auto-édités dont ça peut leur pourrir une communication avec un commentaire non constructif et pas justifié en plus qu’amazon traque les faux commentaires mais dans les 5 étoiles mais laissent les 1 étoiles alors que les 1 étoile peuvent aussi être des faux commentaires xd je n’ai pas encore publié même si j’écris mais il faut se préparer mentalement avec une coquille pour se protéger à recevoir bon ou mauvais commentaires et même méchants avant de publier il faut se préparer à ça et ne pas se décourager pour ça c’est comme la vie mais ça touche aussi à notre oeuvre personnel mais il faut se dire « j’adore mon oeuvre » que ça plaise ou non à d’autres tant que ça nous plait à nous auteur(e)s c’est le principal et c’est à ça qu’on doit penser pour se foutre de l’opinion des autres en disant ça plait tant mieux, ça plait pas, tant pis! Mais il y a une personne qui est allé quand même jusqu’à envoyer un mp à une autrice auto-édité qui écrit du thriller en disant « vous êtes mauvaise, comment vous pouvez écrire ça » un truc du genre c’est pas respectueux non plus de sa part envers l’autrice qui ne fait que partager son travail! Quant aux blogueurs/blogueuses, booktubeurs/booktubeuses, je pense dans le même sens, ils peuvent donner leur avis positif ou négatif si c’set argumenté et constructif, il y a une booktubeuse qui m’a déçue en disant d’un livre que j’ai aimé « c’est de la merde, on dirait un livre yoiung adult » etc je déteste sa façon de parler il y en a qui ne comprennent pas que donner son avis et franchise peut rimer avec respect

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s